Cent culottes et sans papiers

Le dimanche 17 novembre 2019

Théâtre de l'Usine, 33 chemin d'Andrésy Éragny-sur-Oise

À partir de 9 ans. Texte Sylvain Levey. Mise en scène et jeu Rachid Akbal

À partir de vêtements oubliés dans une cour d’école, Sylvain Levey rappelle avec tendresse et cruauté les affres de l’enfance. Ces tranches de vie poétiques ou politiques déplient un éventail d’histoires à travers les époques, les jeux d’enfants et les jeux de mots.

Mêlant au récit la danse, le chant et le théâtre d’objets, Rachid Akbal célèbre les cours de récréation où s’annoncent déjà les tristesses et les joies du monde de demain. Une ballade à trois temps pour réinventer la petite ritournelle : Liberté, Égalité, Fraternité.

Intentions de mise en scène par Rachid Akbal (Acteur et metteur en scène)

Quand l’adulte regarde l’enfant

Cent culottes et sans papiers est fait des mots de l’enfance mais il est écrit avec le point de vue d’un adulte : c’est toujours l’auteur qui décrit ce qu’il voit, qui porte un regard sur l’enfant. Par la simplicité de ses mots, il arrive à nous faire voir et entendre les enfants dont il raconte les vêtements mais la focalisation reste toujours externe. C’est un texte-matériau pour la scène, pour jouer avec la langue et les situations. Je l’ai donc abordé par un travail sur le silence, sur la page blanche. J’ai opéré diverses coupes pour garder surtout le poétique, le sensible, afin que, petit à petit, l’émotion prenne le pas sur la narration. Au début, je suis un observateur, je dis le texte comme si j’en étais l’auteur. Je suis dans une adresse directe au public ce qui permet de créer des interactions avec lui. Mais au fur et à mesure, je deviens acteur, presque clown. J’utilise le détour par le jeu (jouer à cache-cache, marcher un équilibre sur une poutre…) pour rendre le texte familier aux jeunes spectateurs et mettre en relief ses intentions. Pour renforcer ce caractère ludique et joyeux, je passe aussi par le mouvement, la danse, le chant, la marionnette, l’objet. Sylvain Levey ancre sa narration dans une traversée de la grande Histoire qu’il convoque à travers tout un procédé de listes et d’énumérations. Dans ces textes en creux, tout semble à priori trop dit. Parmi les références historiques, nous avons gardé uniquement les blouses de l’année mille neuf cent quarante-et-un. Au début du spectacle, la pile de blouse est cachée dans un carton où on les a oubliées. Puis ce carton devient refuge pour l'enfant qui se cache, puis castelet pour le pull de Courpartout… C’est ainsi que je souhaite donner vie à la réalité du texte : en tant qu’artisan-créateur.

16 h. Théâtre de l'Usine, 33 chemin d'Andrésy. Éragny-sur-Oise - 01 30 37 01 11 - billetterie@theatredelusine.net - Tarif : 12 € / 6 €